Comment calmer ses pulsions de shopping

Alors c’est dur à admettre, mais il semblerait bien que j’ai un petit problème avec le shopping. J’achète trop. Trop souvent. (Bon, pour en avoir parlé autour de moi, il semble que ce soit le cas de 97% des gens hein, donc arrêtez de me juger là avec votre regard culpabilisateur et votre « tss tss tss ») Et pourtant je suis pauvre. J’entends par pauvre que je prends le premier prix pour mes pâtes, que j’ai arrêté ma mutuelle, et que j’ai déjà revendu des cadeaux sur Momox (bon ok, c’était pour financer l’achat de la collection illustrée d’Harry Potter. Un achat complètement vital) Et pourtant je suis sensibilisée au problème de la surconsommation. Je suis une défenseuse de la décroissance. Je souhaiterais de tout mon coeur être minimalisme. Et j’utilise même le #SlowLife sur Instagram (mais quelle hypocrite…)

Mais force a été de constater que je suis une arnaque. Comme je l’explique dans une vidéo IGTV, j’ai voulu me lancer le défi de ne rien acheter pendant 1 mois. 30 jours. Seulement 30 petites jours, pendant lesquels QUI PLUS EST nous étions confinés. Cela ne semblait pas être un défi hyper dur. Ce n’était pas une grève de la fin quoi.
Et bien ma foi, ce fut un bel échec. Et cela m’a vraiment ébranlé et fait me poser beaucoup de questions sur mon rapport à la consommation (je vous invite donc à aller voir ma vidéo)
J’ai cependant pu identifier des petites façons de limiter les dégâts. Je vous partager donc quelques astuces, que j’ai voulu le plus réalistes et utiles possibles, afin de limiter les dégâts faits à la planète et à nos comptes en banque.

Attendre un peu

Le problème principale de l’achat compulsif, c’est justement qu’il s’agit d’une pulsion. Je ne vais pas vous dire « posez vous la question de savoir si vous en avez vraiment besoin ? » parce qu’en vrai vous le savez déjà que non vous n’en avez pas besoin. Si on n’achetait que ce dont on a besoin, notre vie se limiterait à de la farine et du pesto Rosso.
Evidemment on achète par envie. Et c’est ok d’avoir envie. Par contre, reconnaissez que parfois ce sont un peu de fausses envies. Ou des envies très fugaces. Du coup je trouve que le fait d’attendre un peu, quelques heures, quelques jours, permet de savoir si on en a vraiment envie. Et si oui, alors go.

Tenter la méthode alternative

Alors oui c’est souvent plus agréable d’acheter quelque chose de neuf. Oui, il y a parfois une véritable expérience d’achat (aller dans un Apple Store, écrire pour la première fois avec un feutre immaculé. Evidemment. MAIS parfois on peut quand même trouver son bonheur dans l’occasion, ou dans la récupération. Et ça permet de faire un peu moins mal à l’environnement et souvent à son porte-monnaie. On peut aussi tenter de fabriquer certains objets. J’ai une passion pour les boîtes (les boîtes et les carnets c’est ma vie) (quoi ma vie est triste ? pas du tout) Et bien depuis quelques mois je récupère des boîtes alimentaires, ou des cartons que je décore et j’en fais des trucs pas trop moches. Et je suis assez fière.

Planifier

Ici il va surtout s’agir de limiter les dégâts financiers : mais j’ai remarqué qu’on pouvait aussi trouver du plaisir à se fixer un budget « plaisirs » chaque mois, et s’amuser à s’y tenir. Tout est une questions de perspectives : ne pas se dire « ce mois-ci je vais essayer de dépenser moins de 100 euros » car c’est restrictif. Donc négatif. Donc pas agréable. Dites-vous plutôt « ce mois-ci j’ai 100 euros que je dois dépenser pour moi, et j’en fais ce que je veux ». Tout de suite, c’est fun. Et ainsi chaque achat sera un « jeu ». « si j’achète telle paire de chaussures je ne pourrai pas acheter ce manteau.. mais j’aurais assez pour un rouge à lèvres et peut-être un livre ! ». Et si vous ne dépensez « que » 80 euros, hop, le mois suivant vous avez 120 euros dans votre cagnotte. N’EST-CE PAS GENIAL ?

Organiser, récompenser

Je pense que le plus important n’est pas (dans un premier temps) de s’interdire d’acheter, mais vraiment de travailler sur l’aspect compulsif et irréfléchi. Une autre façon de faire est donc de lister. De noter vos envies. Et de les voir comme des récompenses. L’achat ne doit pas être une fin en soi. Associez-le à autre chose. Voyez-le comme une conséquence ou un moyen (Une récompense ou une motivation pour autre chose). Le temps passant, peut être arriverons nous à faire sans acheter (comme le chien qui, au bout d’un moment, obéit sans récompense) (ok cette comparaison n’est peut-être pas très glamour)

Et toi, comment vis tu ta consommation ?

Une réflexion sur “Comment calmer ses pulsions de shopping

  1. Zoé_coco dit :

    bah perso je n’ai pas trop de problèmes avec ça. je sais ce qu’il se passe derrière nos vêtements et autres produits, je me suis beaucoup renseignée. alors depuis quoi, un an, je n’achète plus de vêtements neufs (sauf exception dans des marques engagées genre Veja ou The Simones) et çane me manque pas trop. j’achète aussi beaucoup de livres d’occasion, et ça ne me gène pas!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s